La Pédiatrie rencontre une crise sans précédent.
Chaque année, sauf la dernière « grâce » au COVID, les services de Pédiatrie subissent de plein fouet les épidémies automno-hivernales, déstabilisant les services de nombreux mois avec urgences et unités d’hospitalisation débordées.
De maigres moyens supplémentaires sont accordés mais sont nettement insuffisants. Nous croisons les doigts à chaque fois, faute d’écoute et de mise à disposition de moyens adaptés.
En 2019, la rupture a été atteinte pour les bronchiolites nécessitant des services de réanimation en région parisienne. Avant les transferts interrégionaux d’adultes atteints de COVID et nécessitant des soins de réanimation, il y a eu ceux des nourrissons atteints de bronchiolite nécessitant, de même, des soins de réanimation.
Depuis le début de l’automne, nous assistons à une conjonction de plusieurs épidémies virales respiratoires et digestives plus précoces et intenses que jamais, alors que des lits d’hospitalisation ont dû être fermés par insuffisance numérique de soignants et que nous ne pouvons utiliser certains lits en chambre double à cause du COVID. Un nouveau pic de consultations et hospitalisations d’enfants et adolescents en grande souffrance psychologique est venu aggraver la situation.
L’ouverture de lits supplémentaires lors d’épidémies avait été acté.
Or rien ne se passe.
Nous sommes au bord de la rupture et des accidents graves touchant des enfants risquent de survenir si rien n’est fait.

Dr Emmanuel CIXOUS
Président du Syndicat National des Pédiatres des Etablissements Hospitaliers (SNPEH)

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.